NOTA! Questo sito utilizza i cookie e tecnologie simili.

Se non si modificano le impostazioni del browser, l'utente accetta. Per saperne di piu'

Approvo

Logo Progetto europeo READ UP - Occupazione - Nuovi modelli agricoli - Aree ruraliPROGETTO EUROPEO Réf.No: VS/2019/003/0026 finanziato dalla Commissione Europea DG Employment, Social Affairs & Inclusion

FR - Développement d'un emploi durable et socialement responsable: contribution  par les nouveaux modèles agricoles, outil d'intégration et revitalisation des milieux ruraux

SINTHESE DU PROJET READ UP

En Italie, plus que dans d'autres pays européens, l'organisation de la production dépend de facteurs locaux, culturels et environnementaux. Elle est caractérisée par un développement agricole qui est encore lié à plusieurs éléments tels que les réseaux de relations locales, les relations familiales et sociales et des aspects environnementaux.

Une telle organisation permet d'avoir un modèle d'agriculture plus soucieux des processus de production où la mise en valeur du travail est étroitement liée à des productions de qualité, des produits locaux et à l'attention, maintien et sauvegarde de l'environnement. En outre, en Italie, où ce type d'agriculture est très répandue, l'agriculture biologique est très développée.

Malgré les changements structurels qui a connu l'agriculture italienne pendant ces dernières années, la présence de petits agriculteurs est encore prédominante. Cette caractéristique, au lieu d'être considérée comme une opportunité méritant plus d'attention et de ressources, a souvent été vue, même au niveau des politiques de l'Union Européenne, comme une difficulté du point de vue de la modernisation et du développement de la filière agroalimentaire. Les données à disposition sur l'équité dans la distribution des ressources sont claires, une sur toutes: 40% des producteurs agricoles européens ne reçoivent aucun type de soutien dans le cadre du premier pilier de la PAC.

En Italie, probablement plus que dans d'autres pays européens, il existe une organisation de la production axée sur des facteurs territoriaux, culturels et environnementaux, caractérisée par plusieurs stratégies adoptées par les agriculteurs, liées à une série de facteurs: réseaux de relations locales, relations familiales et valeurs sociales et environnementales.

Il s’agit d'une agriculture soucieuse des processus de production où la mise en valeur du travail est étroitement liée aux productions de qualité, aux produits authentiques, au maintien du territoire et des exploitations.

S'agit-il d'un phénomène italien ou est-ce qu'il concerne aussi l'agriculture d'autres pays européens? Qui sont les "petits exploitants", ceux qui sont "actifs", qui méritent de ne pas être discriminés du point de vue de l'allocation des ressources, des incitations fiscales, et des couvertures de la sécurité sociale? Quelle est la situation en Europe? Dans quelle mesure les "agriculteurs à temps partiel" que nous appelons encore "mixtes", participent-ils à la production agricole, au maintien des bonnes conditions du sol et à la sauvegarde du territoire? Comment ces activités "atypiques" se sont développées et quelles sont leurs caractéristiques? Quel serait leur rôle dans le développement d'un travail qualifié et de qualité, axé sur la transmission des connaissances et l'inclusion des jeunes? Quelles perspectives peut offrir la future PAC?

Voilà quelques questions auxquelles on essayera de donner une réponse dans le cadre de ce projet. Des questions qui sont encadrées aussi dans le débat plus vaste entamé par les institutions européennes (Résolution du Parlement Européen: L'avenir de l'alimentation et de l'agriculture) sur la façon de "reconnaitre et mettre en valeur" le rôle des petits producteurs agricoles dans leur capacité de stimuler le marché local et créer une valeur ajoutée par rapport aux grandes exploitations.

Le modèle agricole qu'on se propose d’étudier et approfondir dans le cadre de ce projet retient une attention particulière pour l'Union Européenne, qui cherche des mesures pour soutenir ce qu'on appelle l'agriculture familiale.

Les institutions européennes considèrent, à juste titre, cette typologie d'agriculture comme un modèle qui est "flexible, en gré de dynamiser le marché local, capable d'originalité et de créer une plus grande valeur ajoutée par rapport aux grandes exploitations".

Le projet vise à mesurer ce phénomène dans un nombre significatif de pays afin de jeter les bases pour une définition juridique commune de ces activités: la reconnaissance du status d'une typologie de travail qui contribue à relever les défis posés par une agriculture moderne, à même de garantir la conservation de l'environnement, des paysages, de la biodiversité, du sol, la revitalisation et le développement des zones rurales, tout comme plus d'emploi qualifiés.